ONG et photographes font-ils bon ménage ?

Par ESJ-Montpellier | Ecole de journalisme | 31/08/2011 | 19H38, sur Rue89

 

(De Perpignan) La jeune photographe franco-espagnole Catalina Martin-Chico est la lauréate 2011 du Visa d’or Humanitaire du comité international de la Croix-Rouge (CICR), un prix symbolique du fait que de nombreux photographes se tournent vers des ONG ou des associations caritatives pour financer leurs reportages.

Ce prix, remis jeudi à Perpignan, récompense dix clichés pris lors de la contestation au Yémen au début de cette année. Des images d’infirmières voilées, de médecins, qui tentent de soigner les blessés dans des hôpitaux de fortune.

A la clé de ce Visa d’or, un chèque de 8 000 euros qui servira à Catalina « à payer son loyer et racheter du matériel ! ».

Crise de la presse oblige, les associations humanitaires ou les ONG sont devenues des sources de financements majeurs des photojournalistes. La jeune femme y voit une opportunité :

« Les journaux demandent plutôt des sujets d’actualité, de conflit. Moi j’aime retourner sur le terrain, faire des reportages sur l’après. Les ONG aident à financer ces projets-là ».

L’an dernier, Jean-François Leroy, directeur de Visa pour l’image, estimait qu’« environ 75% des reportages sur des situations humanitaires sont commandés par des ONG ».

Alain Frilet, ancien responsables de la communication extérieure de Médecins sans frontières (MSF), confirme :

« Aujourd’hui les photographes ne courent plus après les commandes, ils courent après les prix, les bourses et les ONG ».

La collaboration entre une association/ONG et un photographe peut aller du simple partenariat à la commande. Les premiers peuvent fournir au photographe un carnet d’adresse, des billets d’avion, un logement, ou encore des contacts.

En échange, le reporter donne des photos aux organisations, reprises lors de leurs campagnes de communication. Alain Frilet précise :

« Il y a deux types de reportages photo. Une grosse ONG comme MSF ne communiquera pas sur son image, mais sur le conflit, le contexte afin de garantir aussi sa sécurité et son travail. Une plus petite mettra plutôt en valeur son logo, son travail ».

Côté associations, on se félicite de cet échange de bons procédés. « Avec nous, les photographes peuvent rentrer dans des prisons. Ce qu’ils ne pourraient pas faire seuls » explique Fréderic Joly, porte parole du CICR en France.

Mais l’image qui servira à la campagne de communication doit répondre à certains critères :

« Nous nous réservons un regard éditorial sur certaines images, aussi parce notre présence doit être acceptée par la population ».

Chaque ONG possède un budget de communication variable qui comprend d’un côté, une certaine « propagande » sur leur image et de l’autre des informations diffusées sur le terrain. « C’est cette dualité qui peut parfois être confuse », reprend Alain Frilet.

« En reportage, le photographe devient schizophrène »

Côté photographe, on assume pleinement cet échange, à certaines conditions. Frederic Noy travaille depuis 2006 avec plusieurs ONG. Il a toujours refusé les commandes, c’est lui qui lance le projet :

« Je voulais partir au Tchad pour travailler sur les fistules des femmes. Une ONG s’est jointe à moi et m’a aidé pour le financement. Le reste du temps, on m’emmène dans un endroit et je me débrouille pour les photos ».

Pour lui, c’est même un système gagnant-gagnant :

« Notre regard n’est en rien modifier par ce travail en collaboration. Je ne travaille pas avec des sociétés privées qui soignent leur image. L’ONG vend un savoir-faire, et un savoir-utile ».

Souvent, partir avec une ONG sert aussi de porte d’entrée dans un pays : lier des contacts pour revenir après. Seul, avec son appareil photo.

Mais les photographes perçoivent aussi les limites de cette démarche. Pour Frederic Noy, le problème, réside plutôt dans l’utilisation qui peut être faite des photos : « Comment l’histoire va être racontée ».

Catalina Martin-Chico se souvient aussi de ce projet qui lui tenait très à cœur : prendre des photos dans un pays d’Afrique difficile d’accès.

« J’étais d’accord pour faire un photoreportage avec une ONG, mais je leur ai dit que je voulais rester après pour d’autres reportages… Ils se sont sentis mal à l’aise et ont finalement annulé le projet ».

L’important pour Alain Frilet est encore de contourner le problème :

« En reportage, le photographe devient schizophrène. Il sait qu’il ramènera deux photos : une pour l’ONG et une autre pour lui ».

Estelle Rosset

Photo : la photographe Catalina Martin-Chico, lauréate 2011 du Visa d’or Humanitaire du CICR. Par Estelle Rosset.

Publicités

2 réflexions sur “ONG et photographes font-ils bon ménage ?

  1. Bonjour !

    Je découvre ce blog avec intérêt, aussi je laisse un petit message d’encouragement 🙂

    Il y a ici de bons sujets, des articles intéressants, et très fournis !

    Bravo et bonne continuation,

    Sébastien

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s