Greenwashing des entreprises

Article vu ici.

Les entreprises fâchées contre la biodiversité

par Guillaume Duhamel, Lundi 20 septembre 2010

Elles sont de plus en plus nombreuses à investir des sommes parfois importantes pour se conformer aux nouveaux standards du développement durable et à communiquer sur leur mue environnementale. Un sondage IFOP réalisé pour le compte du WWF France révèle toutefois la persistance des réserves de la population.

Du pur greenwashing. C’est en substance ce que pense une écrasante majorité des mille onze personnes interrogées sur la mise au vert des sociétés, lesquelles ont dans le cadre de son université de rentrée jeudi et vendredi fait l’objet de recommandations de l’ONG – par ailleurs auteure avec Riposte Verte et Les Amis du Vent d’une étude sur les économies de papier au bureau dont les résultats sans équivoque ont été publiés au début du mois.

La méfiance est donc de mise chez nos compatriotes puisque 81 % d’entre eux pensent que les entreprises ont un impact négatif voire très négatif sur les écosystèmes. 67 % considèrent en outre que les actions environnementales pilotées par les grands groupes relèvent d’abord de la com’. Incontestable, le désaveu est encore plus prononcé parmi les cadres supérieurs dans la mesure où 89 % jugent que les activités économiques sont carrément incompatibles avec les intérêts de la planète.

greenwashing entreprises wwf public enquête sondage écologie développement durable

Le sondage IFOP commandé par le WWF France sur le rôle joué par les entreprises dans la préservation de l'environnement est révélateur du scepticisme des Français. 91 % d'entre eux estiment qu'elles peuvent faire plus pour maintenir la biodiversité et 81 % que leurs activités économiques ont des conséquences environnementales négatives

« Le regard critique s’est renforcé avec la crise »

Quant à l’échec du sommet de Copenhague en décembre dernier, et plus largement à l’incapacité chronique de la communauté internationale de sceller un accord fort pour contenir la hausse du thermomètres mondial, ils expliqueraient dans une large mesure le peu de confiance qu’accordent les sondés aux appareils décisionnaires pour être à la hauteur des enjeux environnementaux actuels. Sur le plan national on peut aussi supputer que le très médiatisé report sine die de la taxe carbone ou encore les vives critiques suscitées par la deuxième loi du Grenelle ont jeté le trouble sur la politique écologique que conduit le gouvernement.

Perçues bien peu crédibles par les Français dans leur engagement pour la cause écologique, les entreprises vont également devoir tirer les enseignements de cette étude (menée entre les 27 et 29 juillet et dont les résultats sont parus jeudi) et s’employer à accroître la visibilité de leurs initiatives « vertes ». Pour l’heure, elles seraient victimes d’un « contexte général marqué par le grand scepticisme que ressentent les Français à l’égard de l’entreprise »… et peut-être aussi d’une idée reçue tenace selon laquelle, dans toutes les branches ou presque, la nature paie nécessairement un tribut à l’engrangement de profits. « Ce regard critique s’est renforcé avec la crise économique », a analysé Jérôme Fourquet, directeur adjoint de l’IFOP.

Les groupes spécialisés dans la chimie sont sans surprise ceux qui concentrent le plus de craintes, « car l’opinion fait clairement le lien entre les pollutions chimiques et les risques pour la santé », ajoute-t-il.

« Convaincre que sauvegarder la nature est un enjeu vital »

Ils ne sont toutefois pas les seuls à susciter les foudres des concitoyens. Le transport routier, dont la participation aux émissions des gaz à effet de serre (GES) est il est vrai active, et l’agriculture sont en effet eux aussi pointés pour les coups qu’ils portent à la planète. Le « recours massif aux pesticides, la pollution des eaux, les interrogations sur l’impact des agrocarburants sont autant de raisons de mal noter le monde agricole », précisent nos confrères du Monde.

Le scandale chronique des algues vertes en Bretagne a par ailleurs été à l’origine d’une terrible contre-publicité pour ce dernier, qui sauf abandon définitif des pratiques les plus controversées (moyennant une volonté politique indéfectible) devrait avoir toutes les peines du monde à se forger une crédibilité écologique.

La pêche industrielle, qui est pourtant la principale cause de la diminution des stocks voire de la disparition de certaines espèces aquatiques, et l’industrie du bois, bien que largement responsable de la déforestation dans les pays tropicaux, sont en revanche relativement épargnées par les sondés.

« La biodiversité est un sujet neuf pour les entreprises. Nous avons réussi à les sensibiliser au changement climatique mais nous ne sommes pas encore parvenus à les convaincre que sauvegarder la nature est un enjeu vital », a fort justement commenté Serge Orru, directeur général du WWF.

En cette Année de la biodiversité l’intérêt renforcé de tous les médias pour les écosystèmes s’est sans doute traduit par une prise de conscience citoyenne. De l’avis de la plupart des Français, de toute façon plus préoccupés aujourd’hui qu’hier mais dans le même temps globalement désillusionnés quant à la capacité des structures à répondre à leurs attentes environnementales, les sociétés ne se sont cependant – d’une façon générale – pas encore mises au diapason.

Présentée lors de l’université de rentrée l’étude de l’association sur « les entreprises face à l’érosion de la biodiversité »  a vocation à mettre en avant le rôle que celles-ci peuvent jouer dans la sauvegarde des écosystèmes. Sa publication tombe d’autant mieux que neuf personnes sur dix estiment qu’elles disposent des armes idoines pour davantage y contribuer. Explicite, le message doit maintenant être entendu.

Crédit photo : Flickr – Jorge Franganillo
Publicités

Une réflexion sur “Greenwashing des entreprises

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s