Amnesty lave plus blanc, Belgique, 2003

Extrait de l’analyse des pratiques du mémoire « Ethique de Communication des ONG »

Campagnes de sensibilisation

Certaines ONG ont pour activité principale de mobiliser les gens à agir ou réagir à des situations jugées intolérables humainement. La communication est donc plus qu’une ressource, elle devient une activité à part entière dans son rôle informatif et mobilisateur.
Pour les autres, la sensibilisation à leur cause entraîne par la suite de meilleurs résultats en récolte de dons.

Cette association a été créée en 1971. Elle compte actuellement des bureaux dans 80 pays et a développé pour beaucoup d’entre eux une stratégie de marque particulière – logo, signature, … – même si le siège est la seule instance à pouvoir décider de la politique globale de l’organisation. Elle s’est donné pour missions l’observation, la sensibilisation et la protection des droits humains partout où ils sont bafoués.

Ses campagnes utilisent la technique du détournement publicitaire et reprennent donc des conventions tout à fait identifiables. Celles de la lessive : « Amnesty lave plus blanc », « Une efficacité prouvée », avec un tee-shirt “avant – après“, donc une moitié est sale avant l’action d’Amnesty et l’autre moitié propre ensuite.


Pour un parallèle avec les téléphones portables : une Kalachnikov rassemble des bénéfices consommateurs semblables : léger, maniable, rechargeable, … Le produit est bien mis en valeur.
Le tourisme : avec un visuel coloré, l’évocation de « l’accueil » et une disposition des éléments graphiques de l’affiche typique des annonces de voyage, tout cela à propos de la Turquie qui est une destination plébiscitée.

Voir les campagnes Dazibao

Les codes de la bière : pour parler des femmes battues mais en s’adressant à leurs bourreaux, souvent plus violents quand ils ont trop bu.

Amnesty International traite ainsi plusieurs thèmes de campagnes, différentes selon les pays, mais qui respectent toutes certains codes. On montre rarement la victime et jamais en situation de souffrance. Une présumée victime apparaît dans le spot télévisé de la campagne « Amnesty lave plus blanc », mais elle témoigne après son rétablissement – et en récupérant son linge dans une laverie – de l’efficacité de l’action de l’organisation.

Vous pouvez regardez ce spot ici.

Toutes les campagnes d’Amnesty sur Cassandria.

Publicités

Une réflexion sur “Amnesty lave plus blanc, Belgique, 2003

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s